Mythes et Réalités au sujet des réseaux sans-fils

26Oct04

Tout d’abord, définissions ce qu’est le WiFi. Le WiFi est une série de normes de réseau sans-fil conçues à l’origine uniquement pour des déploiements dans des LAN (réseau interne d’une entreprise, d’un particulier, sans liaison directe à l’Internet). Derrière WiFi se cachent donc plusieurs normes:

  • 802.11b: norme la plus ancienne, fonctionne dans la bande de fréquences des 2,4GHz (bande “libre” dans le sens où il n’y a pas besoin de licence pour y émettre), débit théorique de 11Mb/s, en pratique on peut atteindre les 4,5Mb/s pour une portée d’une paire de centaines de mètres en extérieur sans matériel spécial.
  • 802.11a: évolution du 802.11b fonctionnant dans la bande des 5GHz (libérée en Allemagne, mais pas en France), débit théorique de 54Mb/s, le marché ne s’est pas beaucoup développé en France autour de cette norme.
  • 802.11g: évolution du 802.11b fonctionnant dans la bande des 2,4GHz, débit théorique de 54Mb/s, 20Mb/s en pratique.

Si comme moi, vous avez déjà joué un peu avec du matériel sans-fils, vous savez que ce n’est pas la panacé. En intérieur, le signal traverse difficilement 3 ou 4 murs, voire un seul mur en béton armé. Et en extérieur, on est très vite limité par la limite légale de puissance des 100mW. D’après différents sites web, comme Réseau Citoyen, en respectant les 100mW, on peut atteindre un rayon de 800 mètres avec une antenne omni directionnelle, ou une portée de 2 à 3 km avec une antenne directionnelle.
Les réseaux sans-fil ont alors été vue comme des technologies de connexion à Internet. Mais les limites inhérentes évoquées ci-dessus ont rapidement données naissance à de nouvelles architectures basées sur ces technologies:

  • réseau maillé, ou “mesh networks” en anglais, donc les pionniers sont LocustWorld. Un réseau maillé est composé de plusieurs noeuds dont les zones de couvertures se chevauchent. Ainsi, pour aller d’un point à un autre, on devra passer par un certain nombre de noeuds qu’on appelle nombre de sauts. La théorie et les tests pratiques montrent qu’au delà de 4 sauts les performances ne sont plus au rendez-vous.

Réseau maillé

  • pseudo réseau maillé. Fer de lance de la société Mesh Dynamics ces réseaux s’articulent autour de “switch sans-fils”. Chaque switchs disposent d’interfaces de services, par exemple en 802.11b ou 802.11g, et d’interfaces de collecte, travaillant idéalement avec une technologie évoluant dans une autre bande de fréquence, 802.11a par exemple.

Réseau pseudo maillé

LocustWorld a déjà prouvé, de par ses déploiements, que le modèle de réseau maillé est particulièrement adapté pour relier quelques foyers ou quelques dizaines de foyers à l’Internet. Mais peut-on envisager le déploiement de résaux maillés à plus grande échelle? La société Ozone de Paris semble y croire. Mais peut-on simplement y croire pour que cela fonctionne? On parle beaucoup de cette société actuellement dans la presse, mais on ne sait pas par contre, le nombre de clients payant actuellement connectés, le débit et les temps de réponse disponibles, la satisfaction des clients, etc.
Dernière zone d’ombre, la norme WiMax. Sur la papier, WiMax, pour laquelle la société française Alvarion développe du matériel compatible, devrait répondre à beaucoup de problèmes actuels des réseaux sans-fils:

  • bande des 5GHz (nécessite une licence opérateur)
  • plusieurs kilomètres de zone de couverture
  • matériel peu encombrant
  • débit important

Cependant, la norme WiMax n’est toujours pas finalisée, et ne le sera pas entièrement avant début 2006. Encore une fois, la norme fait beaucoup parler d’elle dans la presse (il semblerait qu’Intel pousse cette norme pour concurrencer directement les opérateurs 3G), mais on ne sait rien des performances réelles. Est-ce que WiMax se fait encenser par la presse en tant que moyen de connexion capable de concurrencer les technologies DSL, comme l’a été WiFi, sans qu’elle comprenne les limites du modèle?
A noter qu’actuellement, le seul opérateur disposant d’une licence dans la bandes des 3,5GHz (nécessaire à WiMax) est Altitude Télécom qui déploie actuellement du WiMax dans 3 départements français, en Vendée notamment.

On voit bien qu’il reste encore beaucoup de questions à éclaircir, tant techniques, que juridiques et organisationnelles avant de percer le nuage de hype entourant les technologies sans-fils…

UPDATE: la norme 802.11a (bande des 5GHz) est autorisé en France en intérieur, cf Tableau récapitulatif (…) dans la bande 5 GHz



No Responses Yet to “Mythes et Réalités au sujet des réseaux sans-fils”

  1. Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: